Actualité

Accueil > Club > Actualité

Vingt joueurs ont participé à la victoire face au SLO

(14.11.2019)

Le premier match de l’histoire du nouveau centre d’entraînement de Riddes a eu lieu ce jeudi après-midi. Opposés à Stade-Lausanne-Ouchy (Challenge League), les Sédunois se sont imposés 2-1 grâce à un but de la tête de Pajtim Kasami et une réussite sur penalty de Yassin Fortune consécutif à une faute sur Cleilton Itaitinga.

Christian Zermatten et Sébastien Bichard ont profité de ce match pour procéder à une large revue d’effectif en l’absence de six internationaux (Ayoub Abdellaoui, Jan Bamert, Bastien Toma, Timothy Fayulu, Ermir Lenjani et Roberts Uldrikis) et de Kevin Fickentscher, Birama Ndoye et Seydou Doumbia, qui sont restés aux soins.

En plus de José Aguilar, Edgar André Antonio et Sandro Theler, les trois M21 qui étaient du voyage à Zurich, le duo Zermatten-Bichard a offert du temps de jeu à Mirza Mujdzic, Francesco Sergi et Arian Kabashi, trois défenseurs des M21. Les trois hommes sont entrés en jeu en deuxième mi-temps. Anton Mitryushkin a lui disputé les 90 minutes dans le but sédunois, alors qu’un jeune milieu de terrain brésilien de 20 ans a été testé en deuxième période.

«J’ai trouvé une équipe très attentive et très impliquée. Les consignes ont été respectées, même si tout n’a pas été réussi. L’intention était là et c’était le plus important», commente Christian Zermatten. La journée de vendredi donnera lieu à deux entraînements.

FC Sion - Stade-Lausanne-Ouchy 2-1 (1-1)

Buts 8e Parapar 0-1, 12e Kasami 1-1, 55e Fortune 2-1, pen.

Sion Mitryushkin; Andersson, Kouassi, Ruiz, Morgado; Zock, Grgic, Edgar André, Facchinetti, Kasami; Patrick. 

Sont entrés en jeu: Maceiras, Aguilar, Costa (test), Theler, Mujdzic, Kabashi, Sergi, Itiatinga, Fortune.

Entraîneurs: Christian Zermatten et Sébastien Bichard

 

Michaël Perrier: «Le FC Sion, deux magnifiques années dans ma vie»

(14.11.2019)

Le FC Sion a battu le FC Stade Lausanne-Ouchy 2-1 en match amical ce jeudi après-midi à Riddes. Une rencontre certes sans grand enjeu, si ce n’est celui de garder le rythme de la compétition durant la trêve internationale, mais non sans saveur pour l’un des acteurs de celle-ci: le Valaisan du SLO Michaël Perrier, vainqueur de la Coupe de Suisse en 2015 sous les couleurs sédunoises. Nous l’avons rencontré à l’issue de la partie.

Michaël, défier le FC Sion, même en match amical, c’est quelque chose de particulier pour vous, non?

Oui, c’est clair, j’étais vraiment content de venir jouer cette rencontre ici à Riddes car ça m’a rappelé tous les bons souvenirs de la période lors de laquelle je jouais ici. Je me souviens notamment de mes derniers mois au FC Sion, ce printemps 2015 fantastique ponctué par cette Coupe gagnée à Bâle, donc forcément qu’en revoyant Xavier Kouassi et les autres têtes que j’ai connues ici, comme Felix Volken ou «Popaul» Dessimoz, tout est remonté dans mon esprit. Mes deux saisons au FC Sion ont vraiment été deux magnifiques années dans ma vie, lors desquelles j’ai eu la chance de jouer avec des joueurs incroyables!

Cette fameuse Coupe gagnée au Parc Saint-Jacques, on peut dire que c’est l’un des plus beaux moments de votre vie?

C’est sûr! C’était quelque chose d’absolument fabuleux, rien que d’y repenser aujourd’hui j’ai les frissons. L’émotion ressentie en pénétrant sur la pelouse, au coup de sifflet final, en remontant l’avenue de la Gare puis sur la Planta, jamais je n’aurais cru ressentir ça un jour. Jouer ces quelques minutes en finale, c’est vraiment une expérience que je ne pourrai jamais oublier! 

Après Sion vous avez évolué durant trois ans et demi à Aarau avant de débarquer au FC Stade Lausanne-Ouchy en début d’année. La vie loin du Valais, c’est pas trop compliqué?

Bon, j’ai quand même pas mal voyagé en Suisse puisque j’avais déjà évolué au Tessin avant de venir au FC Sion et chacune de ces aventures m’ont été bénéfiques, surtout celle à Aarau où j’ai dû apprendre à communiquer en allemand. Au cours de ma carrière, j’ai appris que parler plusieurs langues était vraiment très important et je pense vraiment avoir grandi en tant qu’homme. Et maintenant voilà en signant au SLO je me suis rapproché de ma famille et du Valais. En plus on a une ambiance fantastique dans le vestiaire, donc je suis vraiment content de ma vie actuelle.

En tant que néo-promu en Challenge League, vous trimbalez une étiquette de «petit poucet» un peu partout où vous passez. Un avantage pour vous?

Écoutez, depuis plusieurs années la Challenge League c’est toujours la même chose, tout le monde est capable de battre tout le monde. On l’a encore bien vu récemment lorsque Chiasso a gagné contre Lausanne qui est pourtant le gros poids lourd de ce championnat donc voilà, tous les matches sont assez équilibrés et on ne pense plus au fait que l’on est le néo-promu ou le petit poucet comme vous dites. On doit juste gagner un peu en constance pour montrer que la Challenge League, c’est notre place et que notre promotion n’était en tous cas pas usurpée.

Finalement, malgré la ligue qui sépare les deux clubs, la situation sportive actuelle est assez similaire entre Sion et le Stade Lausanne-Ouchy, non?

Oui, c’est vrai. Pour nous comme pour Sion, il ne faut surtout pas paniquer mais il ne faut pas non plus se dire qu’on a le temps et qu’on peut se permettre de perdre des points week-end après week-end. Dans chacun des deux cas, le problème est selon moi le même, il y a un manque de constance qui est regrettable…

Les résultats du FC Sion, c’est quelque chose que le Valaisan que vous êtes suit régulièrement?

Bien sûr, le FC Sion reste l’un de mes clubs de cœur donc je suis ce qu’il fait et forcément que je suis déçu de le voir dans cette situation actuellement. Surtout que le contingent est d’une très grande qualité, ils ont vraiment tout pour faire de grandes choses: des joueurs d’expérience, des jeunes talentueux, donc je pense que le problème est plus au niveau de la mentalité affichée sur le terrain. Mais attention, ce n’est pas à moi de les juger et je suis sur qu’ils parviendront à redresser la pente très prochainement.  

Enfin, Michaël Perrier de retour sur les terrains en Valais à l’avenir, c’est quelque chose d’envisageable?

Certainement! Vous savez, là je suis retourné vivre au Bouveret, je suis déjà sur le territoire valaisan! Et je suis convaincu qu’on a tous envie de retourner un jour jouer dans notre région, donc bien entendu que je me vois bien refouler les pelouses valaisannes à l’avenir. Mais comme je l’ai dit, mon choix de rejoindre Stade Lausanne était déjà motivé par le fait de me rapprocher de ma famille, donc pour l’instant je me concentre uniquement sur ce que j’ai à faire avec ce club sans trop penser à l’avenir.

Julio Constantin, le plus valaisan des Argentins

(13.11.2019)

Julio César Constantin a un double prénom d’empereur, et la gueule qui va avec avec son élégance naturelle et la blancheur de ses cheveux. Assis dans un confortable fauteuil sur la terrasse d’un hôtel du centre de Buenos Aires, l’entraîneur du CA Belgrano a parcouru les 700 kilomètres séparant Cordoba, où il vit, de la capitale, où il a rendez-vous avec Barthélémy Constantin en ce jeudi après-midi de fin octobre. Le temps est agréable sur Buenos Aires («C’est le printemps ici, la meilleure saison»), mais les deux hommes ne sont pas là pour parler de météo. Apprenant que le directeur sportif du FC Sion était de passage en Argentine, celui que tout le monde appelle Julio a pris l’avion à l’aller et le bus de nuit au retour (dix heures de trajet!) pour venir le saluer et parler un peu, entre deux entraînements de son équipe.

«Comment vas-tu, Barth? Et comment va ton père?», interroge l’Argentin, qui n’a aucun lien de parenté avec le président du FC Sion. «Il y a beaucoup de Constantin en Valais, vous savez… Et il y en a aussi beaucoup en Argentine!», se marre Julio, qui est originaire de Nax, un village qu’il connaît désormais bien. «Je suis né en Argentine, mais mes grands-parents sont valaisans. Ils ont émigré en 1925 et j’ai toujours voulu savoir d’où je venais. C’est important de connaître ses origines, non?». Alors, un beau jour de 1986, Julio Constantin a fait sa valise et est venu en Suisse, sur les traces de ses grand-parents. Ils n’étaient plus là pour vivre ce voyage, mais l’Argentin a retrouvé la sœur de son grand-père, qui a fondu en larmes en le voyant. «Oui, c’était très très émouvant. Quand elle m’a vu, elle a pleuré. Elle a revécu à ce moment-là le voyage de son frère et, de me voir, septante ans après, c’était un moment fort», souffle doucement Julio, aujourd’hui âgé de 58 ans.

Le technicien connaît d’ailleurs bien la Suisse, puisqu’il y a évolué comme gardien de but en LNB, à Chênois et Carouge, avant de devenir entraîneur-adjoint d’Oscar Gissi à Grand-Lancy et Chênois. Son parcours footballistique ne l’a jamais emmené en Valais, mais il a tout de même rencontré plusieurs fois Christian Constantin («y compris dans son bureau»), étant très ami avec Enzo Trossero. «Je conseillais Enzo pour des joueurs, ce genre de choses. Et j’ai quand même joué une fois pour Sion!», se marre le Constantin argentin. Pardon? «Oui, oui. Enzo avait organisé une tournée en Argentine, dans les années 90. Ils avaient joué contre un club argentin et le remplaçant de Stephan Lehmann, je ne sais plus son nom, était blessé. Enzo m’a demandé d’aller sur le banc comme gardien remplaçant, ce que j’ai accepté avec plaisir. On avait perdu 2-0 et je n’étais pas entré en jeu, mais j’ai été un joueur du FC Sion pendant 90 minutes.»

Rentré en Argentine en 2006, Julio Constantin a intégré le staff de Belgrano, son club de cœur, deux ans plus tard. Voilà donc dix ans qu’il y officie tour à tour comme entraîneur des espoirs ou entraîneur adjoint, en devenant même entraîneur principal il y a quelques semaines. «Normalement, c’est ad interim. Mais c’est toujours la même chose dans le football: tant que je gagne, je reste en place. Si je perds, je retournerai à la formation, aucun souci.» Sa plus grande émotion avec Belgrano restera pour l’éternité ce barrage de promotion-relégation face à River Plate en 2011. «Le grand River Plate contre nous pour une place dans l’élite, vous vous rendez compte? On avait gagné 2-0 à l'aller chez nous et fait 1-1 au Monumental au retour. On était montés et eux étaient descendus pour la première et seule fois de leur histoire. Un truc de fou. Depuis, Belgrano est célèbre dans toute l’Argentine. Les fans de River nous détestent. Ceux de Boca nous adorent», se marre-t-il franchement, lui qui parle un français parfait, mais avoue ne plus avoir trop de voix.  «Depuis que je suis entraîneur principal, je ne fais que crier. On n’est pas à notre place, au milieu de tableau de la deuxième division. On a un des plus gros budgets à ce niveau, on espère monter en première division le plus vite possible», explique-t-il, tout en soulignant la ferveur incroyable régnant à Cordoba. «On a un club en première division, Talleres, et nous. Et on fait 25'000 à 30'000 spectateurs de moyenne, en deuxième division!», explique-t-il.

Si Julio Constantin se sent bien à Cordoba, il ne serait pas contre un retour en Europe. «Bien sûr. J’ai tous les diplômes nécessaires, je peux entraîner la sélection argentine si je veux. Non, sérieusement, la Suisse m’a toujours attiré. J’ai le passeport, d’ailleurs, comme toute ma famille. C’est important pour nous. Nous sommes argentins et suisses, c’est tout.» En attendant de savoir où la vie le mènera, Julio Constantin continue de se tenir au courant de l’actualité footballistique suisse, en particulier celle du FC Sion. «J’ai souvent joué contre José Sinval, je l’apprécie énormément. Un type formidable. J’ai également une très bonne relation avec Christian Zermatten. Je connais encore beaucoup de monde en Suisse, vous savez», conclut-il en terminant une de ces fameuses «empanadas», ces rissoles de viandes typiques de la gastronomie argentine. «On est bien ici, l’Argentine est un pays qui a une passion folle pour le football. A Buenos Aires, Cordoba et Rosario, dans ce triangle-là, vous trouvez des gens qui sont prêts à tout pour le foot. J’aime cette vision.»

Johan Djourou s'entraîne avec le FC Sion

(13.11.2019)

Surprise à l'entraînement mercredi après-midi à Riddes avec la présence de Johan Djourou lors de la séance animée par Christian Zermatten et Sébastien Bichard! L'international suisse aux 76 sélections a participé aux exercices comme tous les joueurs du FC Sion. "Johan s'entraîne avec nous le temps qu'il veut", explique Barthélémy Constantin. Le directeur sportif du FC Sion a répondu à une demande du Genevois, qui souhaitait un endroit pour garder la forme, dans l'attente de retrouver un club. "Je remercie le FC Sion et ses dirigeants pour l'accueil. Mon seul objectif dans l'immédiat est de parfaire ma condition physique", explique le défenseur central, reconnaissant. Un match amical est prévu contre Stade-Lausanne-Ouchy ce jeudi, mais il n'y participera pas. "Ce match est pour les joueurs du FC Sion, qui doivent gagner des automatismes sous la conduite du duo Zermatten-Bichard en vue de préparer la réception d'YB. Johan ne fait pas partie de ce processus", explique Barthélémy Constantin. Il est par contre prévu que le Genevois participe à la séance de vendredi en commun avec le reste du groupe, sans préjuger d'une suite éventuelle.

La double vie de plusieurs espoirs sédunois

(12.11.2019)

Ils sont quatre, ils ont entre 17 et 20 ans et ils mènent ce que l’on peut appeler une double vie au FC Sion. Francesco Sergi, Mirza Mujdzic, Noah Lovisa et Thomas Philippin évoluent tous avec les espoirs du club et travaillent, en parallèle, au sein du secrétariat de celui-ci. Stagiaires pour les trois premiers, apprenti pour le quatrième, ils sont chacun bien décidés à tout mettre en œuvre pour s’assurer les meilleures perspectives d’avenir possibles. Sur et hors du terrain.

«Nos journées sont assez chargées c’est vrai», reconnaît Francesco Sergi, solide défenseur des M21. «En général, elles débutent à 8h00, heure à laquelle on ouvre le secrétariat. On passe la matinée au bureau où l’on est en charge de différentes tâches administratives avant de nous rendre sur le terrain pour l’entraînement durant l’après-midi.» Leurs missions hors des pelouses, son coéquipier Mirza Mujdzic les détaille plus amplement: «On répond au téléphone, aux mails, on fait des courriers, on gère les demandes d’abonnements, etc… On a vraiment la chance d’avoir des tâches relativement variées.»

Pour les épauler dans le domaine professionnel, les quatre jeunes peuvent compter sur la précieuse aide de Fabien Gemmet, responsable du secrétariat du FC Sion. «Fabien, c’est vraiment une très belle personne. Il nous aide beaucoup, il est patient, il corrige nos erreurs lorsque l’on en fait, c’est vraiment quelqu’un qui est de bon conseil. En plus, c’est un passionné de sport, de football mais surtout de hockey sur glace et du HC Sierre, donc c’est toujours sympa de discuter avec lui. Et il faut bien le dire, on rigole beaucoup ensemble!» sourit Mirza Mujdzic. Qui, comme Francesco Sergi, effectue un stage d’une année pour valider son diplôme d’employé de commerce. «On le sait, dans le football, tout peut aller très vite, dans un sens comme dans l’autre, donc avec ce papier on s’assure au moins d’avoir une sécurité au cas où notre carrière sur les terrains ne se passe pas comme on pourrait l’espérer.», témoigne, lucide, le défenseur originaire de Bosnie-Herzégovine.

Avant eux, ils sont plusieurs à avoir également œuvré au sein du secrétariat du club en parallèle à leur parcours sportif: Benjamin Kololli il y a plusieurs années ou encore Bruno Morgado et Bastien Toma dans un passé plus récent. Tous ont ensuite percé en Super League. Des exemples que se verraient bien suivre Francesco Sergi et ses trois collègues et coéquipiers. «Jouer à Tourbillon avec la première équipe est un rêve bien entendu. On a déjà eu l’occasion d’y évoluer avec les M21 mais c’est quelque chose de complètement différent que de le faire avec les pros devant des milliers de spectateurs et le mythique Gradin Nord.» Défendre un jour les couleurs du FC Sion au sein de l’élite serait forcément particulier pour le binational helvético-italien, grand tifoso d’un Milan AC à la peine en ce début de saison, puisqu’il a accompli l’ensemble de sa formation au sein du club sédunois. «J’ai commencé le foot à l’âge de 7 ans et depuis, j’ai évolué dans toutes les catégories jusqu’aux M21 avec qui je joue aujourd’hui.»  Même son de cloche pour Mirza Mujdzic qui n’a lui aussi connu qu’un seul club jusqu’à ce jour. «Défendre les couleurs de l’équipe de ma ville au plus au niveau, c’est mon objectif et je suis prêt à tout pour y parvenir un jour!»

Les exigences du haut niveau, Francesco Sergi, Mirza Mujdzic et Thomas Philippin ont tous trois déjà eu l’occasion de s’y confronter en participant à plusieurs entraînements de la première équipe. Le premier nommé est même déjà apparu à deux reprises sur des feuilles de match en Super League. «C’était à la fin de l’année dernière lorsque l’entraîneur était Murat Yakin.», se remémore-t-il.  «J’étais sur le banc lors d’un déplacement à Lugano puis à Tourbillon contre Bâle. Au Tessin, j’avais même failli rentrer en seconde période!» Si aucun d’eux n’a donc encore disputé la moindre minute dans l’élite, ils reconnaissent chacun avoir pu constater des différences notables entre la «une» et les M21 lors des entraînements auxquels ils ont participé. «L’intensité est logiquement supérieure avec les pros. Les duels sont aussi plus disputés et une grande importance est mise sur les petits détails qui, au final, peuvent faire une grande différence.», détaille Mirza Mujdzic.  

Avant de, peut-être, réaliser leur rêve en marchant sur les traces des autres anciens employés des bureaux du club devenus professionnels sur les terrains, Francesco Sergi, Mirza Mujdzic, Thomas Philippin et Noah Lovisa continueront donc de mener leur double vie en «rouge et blanc». Avec la bonne humeur et la motivation qui les caractérisent tous. «Quoiqu’il leur arrive à l’avenir, je ne me fais aucun souci pour ces quatre jeunes. Ils sont tous toujours prêts à mettre la main à la pâte et à répondre favorablement à tout ce qu’on leur demande donc si malheureusement ils ne parvenaient pas à percer en tant que joueur de foot, ils prouvent au quotidien qu’ils feraient d’excellents employés de commerce.», conclut leur «mentor»  au bureau Fabien Gemmet.

 

Bastien Toma homme du match face à Zurich

(11.11.2019)

Les semaines se suivent et se ressemblent malheureusement pour le FC Sion qui ne parvient pas à sortir de la spirale négative dans laquelle il se trouve empêtré depuis le début du mois d'octobre. Vos notes s'en ressentent logiquement et celles-ci peinent une nouvelle fois à atteindre la moyenne au lendemain du revers 4-2 concédé face au FC Zurich au Letzigrund. Buteur et passeur décisif en première mi-temps, Bastien Toma est ainsi votre homme du match en récoltant une note de 6.5.Le dix autres éléments alignés au coup d'envoi par le duo Bichard-Zermatten ont tous obtenu des notes comprises entre 4 et 5. 

Vos notes pour Zurich-Sion:

Anton Mitryushkin 4.5

Quentin Maceiras 5

Jan Bamert 4

Jean Ruiz 4.5

Ayoub Abdellaoui 4

Xavier Kouassi 5

José Aguilar 5

Bastien Toma 6.5

Anto Grgic 5

Ermir Lenjani 5

Patrick Luan 4

Le palmarès de vos hommes du match:

Sion-Zurich: Pajtim Kasami

Lugano-Sion: Kevin Fickentscher

Sion-Lucerne: Xavier Kouassi

Thoune-Sion: Birama Ndoye

Aarau-Sion: Bastien Toma

Xamax-Sion: Pajtim Kasami

Sion-St.Gall: Ayoub Abdellaoui

Young Boys-Sion: Birama Ndoye

Sion-Lugano: Christian Zock

Lucerne-Sion: Anton Mitryushkin

Sion-Servette: Mickaël Facchinetti

Saint-Gall-Sion: Anton Mitryushkin

Zurich-Sion: Bastien Toma

Plusieurs valaisans internationaux ces prochains jours

(11.11.2019)

Alors que la saison 2019/2020 marque sa troisième pause consacrée aux équipes nationales, ils sont neuf membres du FC Sion à rejoindre leur sélection respective. Tous disputeront des rencontres à enjeu et tenteront d’obtenir les meilleurs résultats possibles pour revenir en Valais avec le plein de confiance dans une dizaine de jours. Petit tour d’horizon du programme de nos internationaux:

Le néophyte Timothy Fayulu, appelé pour la première fois de sa carrière avec la République Démocratique du Congo, démarrera les éliminatoires pour la prochaine Coupe d’Afrique des Nations ce mercredi déjà par un déplacement du côté de Thies et du Sénégal. Les Congolais accueilleront ensuite la Guinée-Bissau dimanche à 17h00 à Brazzaville. Dans les mêmes éliminatoires, Ayoub Abdellaoui et les Fennecs algériens débuteront à domicile ce jeudi à 20h00 face à la Zambie. Les Champions d’Afrique en titre se rendront ensuite à Gaborone où les attend le Botswana lundi prochain à 20h00. En Europe, Roberts Uldrikis et la Lettonie tenteront de terminer les éliminatoires pour l’EURO 2020 en cueillant enfin leurs premiers points. Battus lors des huit premières journées, les Baltes se déplacent à Ljubljana pour y affronter la Slovénie, 4ème du groupe G, samedi à 18h00 avant d’accueillir l’Autriche, dauphine de la Pologne, le mardi suivant à Riga (20h45). Éliminés de la course à la qualification depuis le dernier rassemblement, Ermir Lenjani et l’Albanie tenteront tout de même de terminer sur des notes positives. Les hommes d’Edoardo Reja reçoivent Andorre jeudi à Elsaban puis les champions du Monde français mardi à Tirana.

Également dans le cadre des éliminatoires pour l’Euro mais celui des M21 cette fois-ci, Bastien Toma et Jan Bamert tenteront de poursuivre le sans-faute de la Nati dans le choc face à la France mardi prochain à la Maladière de Neucuhâtel (coup d’envoi à 19h00).

En M19, le latéral du FC Sion M21 Elvir Muminovic sera engagé avec la Bosnie, également dans le cadre des qualifications pour le prochain Euro. Les Bosniens défieront la Macédoine mercredi à 13h00, le Luxembourg samedi à la même heure et l’Angleterre mardi prochain toujours à 13h00, à chaque fois du côté de Skopje en Macédoine. Enfin, les jeunes Artan Asani et Kevin Halabaku défendront les couleurs du Kosovo M19 face à la Russie mercredi à Cardiff, à la Pologne samedi à Newport et au Pays de Galles mardi prochain toujours à Newport.

Le FC Sion tient à souhaiter bonne chance à l’ensemble de ses internationaux pour leurs échéances à venir!

Date Heure Lieu Compétition Match Joueur(s)
13.11.2019 13h00 Skopje Éliminatoires EURO M19 Macédoine-Bosnie  Elvir Muminovic
13.11.2019 14h00 Cardiff Éliminatoires EURO M19 Kosovo-Russie Artan Asani, Kevin Halabaku
13.11.2019 20h00 Thies Éliminatoires CAN Sénégal-Rép. Dém. Congo Timothy Fayulu
14.11.2019 20h00 Blida Éliminatoires CAN Algérie-Zambie Ayoub Abdellaoui
14.11.2019 20h45 Elbasan Éliminatoires EURO Albanie-Andorre Ermir Lenjani
16.11.2019 13h00 Skopje Éliminatoires EURO M19 Bosnie-Luxembourg Elvir Muminovic
16.11.2019 14h00 Newport Éliminatoires EURO M19 Kosovo-Pologne Artan Asani, Kevin Halabaku
16.11.2019 18h00 Ljubljana Éliminatoires EURO Slovénie-Lettonie Roberts Uldrikis
17.11.2019 17h00 Brazzaville Éliminatoires CAN Rép. Dém. Congo-Guinée Bissau Timothy Fayulu
17.11.2019 20h45 Tirana Éliminatoires EURO Albanie-France Ermir Lenjani
18.11.2019 20h00 Gaborone Éliminatoires CAN Botswana-Algérie Ayoub Abdellaoui
19.11.2019 13h00 Skopje Éliminatoires EURO M19 Bosnie-Angleterre Elvir Muminovic
19.11.2019 14h00 Newport Éliminatoires EURO M19 Pays de Galles-Kosovo Artan Asani, Kevin Halabaku
19.11.2019 19h00 Neuchâtel Éliminatoires EURO M21 Suisse-France Bastien Toma, Jan Bamert
19.11.2019 20h45 Riga Éliminatoires EURO Lettonie-Autriche Roberts Uldrikis

 

José Aguilar titulaire au Letzigrund

(10.11.2019)

Pour leur premier match en charge de la première équipe du FC Sion cette saison, Christian Zermatten et Sébastien Bichard ont décidé de titulariser le milieu de terrain espagnol José Aguilar, l’un des meilleurs M21 depuis le début de la saison. 

En défense, le duo Zermatten-Bichard, privé de Birama Ndoye (blessé), a décidé de titulariser Jean Ruiz et Jan Bamert. Ayoub Abdellaoui (à gauche) et Quentin Maceiras (à droite) occuperont les flancs.

En l’absence de Kevin Fickentscher, convalescent, Timothy Fayulu sera sur le banc, avec Anton Mitryushkin titulaire. Le Sibérien conserve son poste dans la foulée de ses dernières très bonnes prestations.

Enfin, Seydou Doumbia étant blessé, Patrick Luan se voir offrir sa première titularisation depuis la première journée de championnat face à Bâle. Roberts Uldrikis débute sur le banc, prêt à entrer à tout moment, tout comme Cleilton Itaitinga et Pajtim Kasami.

A noter que deux joueurs jusqu’ici contingentés avec les M21 débuteront sur le banc: le latéral droit haut-valaisan Sandro Theler et le milieu de terrain sédunois Edgar André Antonio.  Le FC Sion se déplace avec une équipe d'un peu moins de 23 ans de moyenne.

FC Sion Mitryushkin; Maceiras, Bamert, Ruiz, Abdellaoui; Toma, Kouassi, Grgic, Aguilar; Lenjani, Patrick.

Sur le banc au coup d’envoi Fayulu; Theler, Facchinetti, Edgar André, Kasami, Itaitinga, Uldrikis.

Entraîneurs: Christian Zermatten et Sébastien Bichard     

Une réaction réelle mais trop timide

(10.11.2019)

 

Les joueurs valaisans se savaient attendus au moment de pénétrer sur la pelouse du Letzigrund pour y affronter Zurich ce dimanche après-midi. Une semaine après la démission de Stéphane Henchoz, survenue au lendemain d’un triste revers sur la pelouse de Saint-Gall, une réaction était attendue de la part d’une équipe qui, après un début de saison convaincant, se déplaçait sur les bords de la Limmat en restant sur un seul petit point pris lors de ses six dernières sorties.

Le duo Christian Zermatten-Sébastien Bichard, intronisé à titre provisoire à la tête du FC Sion, l’avait répété durant la semaine: des changements pourraient survenir dans le onze de base en fonction de l’envie et la forme physique démontrées par les joueurs à l’entraînement. Des changements il y en a donc eu, Jan Bamert et Jean Ruiz formant la charnière centrale en défense, le jeune José Aguilar étant titularisé pour la première fois de sa carrière en Super League tandis que Patrick Luan était lancé d’entrée pour la deuxième fois de l’exercice seulement. Malgré ces différents changements dans l’alignement, le début de match semblait repartir sur les mêmes bases que les dernières sorties sédunoises, Blaz Kramer ouvrant la marque après moins de trois minutes en profitant d’un certain manque d’agressivité défensive des visiteurs. Mais alors que beaucoup voyaient alors certainement le FC Sion s’effondrer après cette ouverture à la marque précoce, les «rouge et blanc» ont eu le mérite de réagir presque immédiatement. À la conclusion d’un très beau mouvement collectif, Maceiras adressait un centre parfait vers Toma dont la reprise instantanée ne laissait aucune chance à Brecher (7ème). Buteur, le même Toma se transformait en passeur cinq minutes plus tard en distillant un service parfait à Lenjani qui ne manquait pas l’aubaine pour donner l’avantage aux Valaisans. Ce premier quart d’heure assez fou se terminait par un essai de Marchesano qui finissait sa course sur la barre des buts de Mitryushkin. Bien en place dans un système inédit de 4-4-2 en losange, les visiteurs posaient passablement de problèmes aux hommes de Ludovic Magnin, ce dernier avouant en conférence de presse d’après-match avoir été surpris par le schéma tactique retenu par Christian Zermatten et Sébastien Bichard.

Mais alors que le FC Sion se dirigeait vers la pause avec un avantage d’un but somme toute mérité au vu de la belle réaction démontrée après le 1-0, le défenseur zurichois Nathan parvenait, en deux temps, à égaliser au bout du temps additionnel de la période initiale. À la pause, on se disait donc que les Valaisans avaient un bon coup à jouer cet après-midi et que, s’ils continuaient sur la lancée de ces 45 premières minutes, l’issue de ce match pourrait bien leur être favorable. Malheureusement pour eux, ils étaient une nouvelle fois victimes de la certaine fragilité s’étant installée dans le groupe ces dernières semaines après seulement quatre minutes au retour du thé. Kramer pouvait alors avancer ballon au pied, il fixait Bamert et adressait un centre qui traversait toute la défense sédunoise avant d’être repris par Schönbächler qui redonnait l’avantage à ses couleurs. Le FC Sion tentait alors à nouveau de réagir mais les assauts des visiteurs étaient bien trop timides pour véritablement inquiéter une équipe zurichoise à la dynamique inverse à la sienne, le FCZ restant sur deux succès de rang avant la rencontre du jour. Et finalement, à un quart d’heure de la fin du temps réglementaire, Monsieur Klossner accordait un penalty justifié aux hommes de Magnin que Marchesano se faisait un plaisir de convertir (76ème) portant la marque à 4-2, un score qui restera inchangé jusqu’au coup de sifflet final.

Le FC Sion n’est donc pas parvenu à mettre fin à sa série négative ce dimanche au Letzigrund mais dire qu’il n’y a pas eu de réaction serait exagéré. Celle-ci était bien réelle, surtout en 1ère période, mais elle a été trop timide pour suffire à ramener quelque chose de ce déplacement. Pause internationale oblige, le FC Sion dispose désormais de deux semaines pour trouver les clés pour mettre fin à la spirale dans laquelle il se trouve enlisé et reconquérir le cœur d’un public logiquement déçu de ses dernières prestations. Prochain rendez-vous le dimanche 24 novembre à Tourbillon pour la réception du double-champion en titre Young Boys.

FC Zurich-FC Sion 4-2 (2-2)

Buts: 3’ Kramer 1-0, 7’ Toma 1-1, 12’ Lenjani 1-2, 45+2’ Nathan 2-2, 49’ Schönbächler 3-2, 76’ Marchesano (p) 4-2

FC Zurich: Brecher; Rüegg, Nathan, Omeragic, Kololli (42’ Pa Modou); Domgjoni, Janjicic (60’ Britto); Tosin, Marchesano (90’ Ceesay), Schönbächler; Kramer

FC Sion: Mitryushkin; Maceiras, Bamert, Ruiz, Abdellaoui (64’ Kasami); Kouassi; Aguilar (78’ Uldrikis), Toma; Grgic; Luan (48’ Itaitinga), Lenjani

Letzigrund: 8'564 spectateurs

Les M18 éliminés de la Coupe, les M15 passent

(09.11.2019)

Déception pour les M18 du FC Sion, battus 1-3 par le Team Lucerne samedi à l'Ancien-Stand. Les joueurs d'Alexandre Quennoz ne verront ainsi pas les demi-finales de la Coupe de Suisse. Un but de Gilles Richard à la 42e leur avait redooné l'espoir et permis de revenir à 1-2 juste avant la pause, mais Lucerne a plié l'affaire peu après la reprise. 1-3, score final, et une élimination en Coupe qui fait mal, même si Alexandre Quennoz a tenu à relativiser cette défaite, en indiquant que le championnat était l'évidente priorité.

Bonne nouvelle par contre pour les M15, qui ont battu le Team Bâle-Concordia 6-1. Ils se sont ainsi qualifiés pour le troisième tour, après avoir déjà battu Carouge au premier tour. 

Heineken TMR Octodure Voyage Chicco Doro Lehner Versand
Swisscom Raiffeisen Groupe E Taittinger

Réalisation

Axianet